- Snowscoot Black Jack 21, nouveauté annoncée - Disponible à partir du 15 février 2019 - Voir l'annonce - *** Association Mosellane de SnowScoot ~ FREEWAY-ATTITUDE *** - Voir l'annonce
Partagez
Aller en bas
Wöden
Wöden
Guidon de Fer
Guidon de Fer
https://www.leradoubduponant.com/

Des rivets pop toujours au top.

le Ven 9 Nov - 13:28
Des rivets pop toujours au top.

Le rivet pop constitue un moyen d’assemblage relativement efficace et esthétique
pour peu qu’il soit correctement mis en œuvre.

Il n’est pas aisé d’avoir toujours le bon rivet sous la main et constituer une réserve
dans un choix assez large de diamètres et longueurs, peut s’avérer très vite onéreux.

Comme vous le savez sans doute déjà, un achat en quantité est plus intéressant
qu’un achat à l’unité.

Par soucis d’économie et également de fiabilité dans l’utilisation de ce produit,
j’ai opté pour l’achat par boite de 200 pièces en 4 diamètres différents,
et le plus long possible.

UN ASSEMBLAGE AU RIVET POP.

Sur la photo qui suit, on peut voir un rivetage standard effectué par un bricoleur lambda.
Remarquez que la collerette formée par l’œilleton du rivet n’est pas en appui
complet avec la pièce à assembler.
Cette assemblage tiendra … sans doute !!!,
mais il n’est pas optimum et est sans conteste tout à fait inesthétique.



OPTIMISATION D’UN ASSEMBLAGE AU RIVET POP.

Nous allons donc maintenant découvrir comment réaliser un bon rivetage
en optimisant au maximum les possibilités du rivet.
Pour cette démonstration, j’ai sélectionné un rivet en alliage d’aluminium à sertissage en bouton.
Je n’utilise que très exceptionnellement le rivet en sertissage pétale
mais la technique qui suit s’applique à tous les types de rivets.

Un rivet est composé de deux pièces principale :
La tête de rivet : réalisée en toutes sortes d’alliages, allant de l’aluminium à l’inox …
La tige de rivetage : qui elle est en acier et dont la dureté est directement dépendante
de l’alliage qui compose la tête de ce dernier.



Afin de ne pas endommager le rivet, j’ai toujours à porté de mains, une langue de chat en bois
au centre de laquelle a été foré un trou au diamètre du rivet à optimiser.



L'étape qui suit consiste à séparer la tige de rivetage de sa tête.
Placez le rivet au travers de la pièce de bois et mettez celle-ci en appui sur les mords de l’étau sans serrer.
Le rivet doit être totalement libre, il ne faut en aucun cas serrer l’étau sur le rivet sous peine de l’endommager irrémédiablement.
A l’aide d’un petit marteau frappez la tige …



... jusqu‘au ras de la tête de rivet, sans frapper celle-ci avec le marteau pour ne pas risquer de l’endommager.



A l’aide d’une vieille pince saisir la tige de rivet comme le montre la photo,
et terminez le dégagement de la tige en frappant sur l'outil.
 


Les deux éléments constituants le rivet sont maintenant séparés.
A gauche … le rivet entier, tel qu’il a été acheté.
Au centre la tête de rivet, composée de son corps et de son œillet.
A droite la tige de rivetage, composée de son corps et du goujon.



La tige de rivetage est dotée d’une double encoche qui prédétermine l’endroit
précis de la rupture entre le goujon et le corps de tige lors de rivetage.
La hauteur du goujon est ici de 6 millimètres.
Cette dimension est à retenir comme côte importante lors de notre futur assemblage.



La tête de rivet est dotée d’une particularité importante à l’opposé de l’œillet.
On peut en effet remarquer que l’entrée du corps de rivet est évasé en forme d’entonnoir.
Cette forme est déterminante lors du rivetage, car c’est elle qui va assurer la régularité de la collerette de rivetage.



Après cette brève étude des différentes parties d’un rivet, reprenons notre assemblage.

Insérez la tête de rivet séparée de sa tige au travers des pièces à assembler,
et réalisez un repère correspondant à l’épaisseur de la totalité de l’assemblage, augmenté
de la hauteur du goujon, soit ici + 6 millimètres.
Utilisant très largement cette technique, je me suis réalisé des gabarits avec des écrous
aux différents diamètres des rivets que je consomme couramment.
Ces écrous ont été réduits en épaisseur jusqu’aux bonnes côtes correspondantes aux hauteurs
des différents goujons de rivet, histoire de gagner du temps.



Reprenez maintenant la tige de rivetage et la réinsérer à l’aide d’un petit marteau
jusqu’à mi hauteur dans le corps de la tête de rivet par le côté œillet.
Cette étape consiste, non seulement à permettre une bonne préhension de la tête de rivet au cours des étapes suivantes
mais surtout elle permettra de ne pas endommager la tête du rivet.



Après avoir inséré la plaquette de bois et serré la tige de rivetage dans l’étau comme le
montre la photo, coupez maintenant l’excédant du corps de tête de rivet.
Je réalise habituellement cette opération à l’aide d’un micromoteur à main que beaucoup surnomme à tort "Dremmel",
mais tout le monde n’étant pas forcément équipé d’un tel outil, on peut parfaitement utiliser une scie à métaux.



Dégagez maintenant la tige de la tête de rivet en procédant avec précaution pour ne pas l'endommager.



Nous avons vu plus haut que le corps de tête de rivet est doté d’une forme en entonnoir à l’entrée du puit de tige de rivetage.



Il faut donc reproduire cette forme d’entonnoir, de façon la plus régulière possible.
Pour cette étape, j’utilise également un micro moteur à main équipé de l'outil adéquat,
mais il est tout à fait possible de réaliser cette forme à l’aide d’une perceuse munie d’une
mèche à métaux de même diamètre que le corps de tête de rivet, la tête de mèche étant de forme conique.
Attention de ne surtout pas réduire la longueur du corps de rivet lors de cette étape sous peine de perdre
les caractéristiques finales que nous souhaitons obtenir après optimisation du rivet.



Nous repositionnons maintenant la tige de rivetage au petit marteau,
toujours en protégeant la tête de rivet à l’aide de la langue de chat en bois.
Tapotez doucement, jusqu’à ce que la tête de goujon vienne à fleur du corps de tête de rivet sans la déformer.



Nous obtenons ainsi un rivet parfaitement adapté à l'assemblage que nous souhaitons réaliser.
A gauche : le rivet d’origine.
A droite : le rivet optimisé.



Il ne reste plus qu'à sertir ce rivet en lieu et place à l'aide d'une pince à riveter.
Observez bien la régularité de la collerette.
Celle-ci est parfaitement en appui sur toute sa circonférence et l’écrasement du corps de tête de rivet
dû à une bonne forme de l’entonnoir vient enchâsser le goujon, l’empêchant ainsi de s’échapper.



AVANT, un rivetage lambda, réalisé tant bien que mal ...
APRÈS, un rivetage optimisé qui remplira parfaitement son rôle.



Il ne faut également pas hésiter quand le forage présente un diamètre trop important par rapport au rivet,
ou lorsqu'on souhaite augmenter la surface de rivetage, à utiliser une rondelle d'un diamètre adéquat
en guise d'élément intermédiaire bloquant.



Il est également fortement conseillé lors d’assemblage de matériaux plastiques comme des éléments de carénage ou même pourquoi pas de verre, d’intercaler de fines rondelles de caoutchouc voir même des petits joints toriques directement en contact avec les pièces à assembler.

Ceci met fin à ce petit tutoriel sans prétention tout en étant certain
qu’à l’avenir vous n’aborderez plus le rivetage avec le même œil indulgent.

255 Tutoriel by Wöden
Par respect pour mon travail, merci de citer vos sources
si vous utilisez ou faites référence à totale ou partie des contenus de ce sujet
.


Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum