- Snowscoot Black Jack 21, nouveauté annoncée - Disponible à partir du 15 février 2019 - Voir l'annonce - *** Association Mosellane de SnowScoot ~ FREEWAY-ATTITUDE *** - Voir l'annonce
Partagez
Aller en bas
Wöden
Wöden
Guidon de Fer
Guidon de Fer
https://www.leradoubduponant.com/

Entretien ligne d'échappement Yoshimura

le Mer 14 Nov - 14:07
Entretien ligne d'échappement Yoshimura

L'hivernage d'une machine de Cross s'accompagnant de son lot d'éléments à restaurer ou à entretenir,
je vous propose de me suivre sur la remise en état d'une ligne d'échappement Yoshimura, montée sur un Suzuki 250RMZ.

La ligne est au trois quart déposée, seul le coude de sortie du cylindre reste en place.
Cette partie est en parfait état et aucune fuite n'a été constatée au joint d'étanchéité.




La protection anti-chaleur fixée sur le coude de sortie du cylindre est déposée pour nettoyage et vérification de la visserie.




Les deux ressorts de maintien sont contrôlés, un est dors et déjà à remplacer car pas adapté.


La fixation du tube intermédiaire est à restaurer, les vibrations ont eu raison de son filetage.
Cette fixation étant trop fragile car d'origine en aluminium percée d'un filetage M8,
elle sera revue et remplacée par des pièces en inox A4.




Quelques chutes ont endommagées la sortie de silencieux en carbone qui est également à restaurer afin qu'elle retrouve sa solidité.


La ligne est désassemblée, le silencieux est rapidement nettoyé au Belgom Alu et au Belgom Chrome,
il fera l'objet d'un soin plus poussé juste avant sont remontage sur la machine.
A ce stade il serait judicieux de vérifier la fibre acoustique et au besoin de procéder à son remplacement,
cependant cette machine n'étant pas homologuée route et produisant un "son" assez sympa, je m'abstiendrai d'ouvrir le silencieux.


Je débute en premier la phase de restauration de la sortie de silencieux en carbone
ce qui me permettra de procéder au reste de l'entretien durant les phases de séchage des différents matériaux.

Un premier ponçage grossier au 240 à sec permet une bonne appréciation des "dégâts" et suffira pour créer une bonne accroche.




Un film de protection est mis en place pour recouvrir la totalité du silencieux.


La pièce à traiter est minutieusement dépoussiérée et dégraissée ce qui autorise un excellent visuel des zones à restaurer.


Il s'en suit maintenant une phase plus ou moins longue et rébarbative faite d'applications par couches successives
et très fines d'une résine photo-polymérisable, autrement dit dont le durcissement est activé par rayons UVA/UVB.
Pour palier à l'absence de ce type d'outillage, il existe une lampe à UV très performante et totalement gratuite : le soleil
ou le cas échéant au moins la lumière du jour. Ça fonctionne très difficilement en cas de couverture nuageuse très sombre.
Bien évidemment, ce matériau technologique doit impérativement se manipuler sous lumière artificielle
et surtout pas près d'une fenêtre ou dans une zone accessible à la lumière du jour.
Je le travaille dans une pièce sans fenêtre sous éclairage néon "blanc industrie" (attention aux éclairages de type "lumière du jour")


Ce travail de ré-imprégnation de la fibre de carbone n'a pas besoin d'être effectué à la manière dont on appliquerait un vernis,
c'est à dire avec un lissage parfait. Il faudra de toute façon reprendre le ponçage au 500 puis 800 à l'eau pour mettre en place
les dernières couches de vernis protecteur.
On attend le durcissement parfait de chaque couche et on re-sature de résine.


Jusqu'à ce que toutes les fissures soient devenues totalement invisibles.
Il m'est arrivé sur ce type de restauration de superposer pas moins de 10 couches pour obtenir un résultat optimal, alors patience !


La sixième couche sera ici la dernière le résultat étant devenu satisfaisant pour procéder à un premier ponçage au 500 à l'eau.
A ce stade et par mesure de précaution, je laisse la pièce au soleil toute une journée.
Non pas que ça craigne quoi que ce soit, mais simplement parce qu'il m'est arrivé par précipitation de constater des retraits
de résine lorsque la moto était remontée et arrêtée longtemps au soleil.


Ce temps d'attente est mis à profit pour traiter le problème de la fixation du tube intermédiaire.

Un écrou M8 en inox A4 est inséré en lieu et place de l'ancienne visserie en aluminium.


La pièce de serrage d'origine qui faisait également office d'entretoise de déport est arasée sans diminution de son épaisseur.


L'écrou est brasé sur le support par apport de Chrome/Cobalt et chalumeau oxy-propane.


Le borax de protection est décapé, l'excédant de brasage éliminé et régularisé.
La zone de brasage est repolie à la pâte inox.
L'ensemble retrouvera son aspect légèrement "doré" au fil des prochaines utilisations.


La visserie est remplacée par du 6 pans creux M8 tête bombée, en inox A4.
Cette visserie est bien évidemment réusinée pour être totalement adaptée à sa destination.




Les assemblages sur la totalité de la ligne d'échappement se font avec apport de graisse cuivrée pour faciliter leur dépose ultérieure






Le tube intermédiaire est remonté sur la machine et un ressort d'assemblage d'origine Yoshimura vient remplacer celui
qui avait été visiblement mis en place par défaut d'une pièce adaptée.
Les ressorts d'assemblage des lignes d'échappement ont une résistance adaptée à leur fonction qui leur permet d'assurer
une bonne étanchéité des assemblages même dans des conditions extrêmes.
Leurs remplacements par des ressorts ou un quelconque système de fixation ne peut être que provisoire sous peine de créer
des usures de pièces prématurées, surtout sur des machines à fortes vibrations comme ce 250 RMZ.


La protection anti-chaleur après avoir été nettoyée et repolie est remontée, également avec apport de graisse cuivrée.


Trois fines couches de vernis de finition sont passées sur la sortie d'échappement carbone.
Après séchage et durcissement complet, le "silencieux" est remonté sur la machine.


La plaque d'identification "Yoshimura" est déplacée sur la face externe du silencieux.
Les 4 trous de fixation sont obturés à l'aide de rivets optimisés en aluminium.


Un nettoyage/polissage de finition est réalisé au belgom alu sur tout le silencieux.


Le deuxième et dernier ressort d'assemblage d'origine Yoshimura qui assure l'étanchéité entre le tube intermédiaire
et le silencieux est remis en place.  


Quelques clichés du résultat final obtenu sur la sortie d'échappement






Le cache latéral est remis en place et ceci marque la fin de cet entretien.


255 Tutoriel by Wöden
Par respect pour mon travail, merci de citer vos sources
si vous utilisez ou faites référence à totale ou partie des contenus de ce sujet
.


Dernière édition par Wöden le Dim 9 Déc - 17:36, édité 4 fois


Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum