Association Mosellane de Snowscoot ~ Freeway-Attitude
Bienvenue sur le site de
l'Association Mosellane de SnowScoot.
Les origines du Snowscoot. Logo0013
La communauté AM2S Freeway-Attitude vous remercie de votre visite
et vous souhaite une agréable journée.
Dimanche 15 septembre 2019 - Südwest-Cup Motocross 2019 - Dernière épreuve de championnat régional Allemand sur l'arène du MCC Warndt Voir l'annonce - *** Association Mosellane de SnowScoot ~ AM2S-Freeway-Attitude *** -
Partagez
Aller en bas
Wöden
Wöden
Guidon de Bronze
Guidon de Bronze
https://www.freeway-attitude.com

Les origines du Snowscoot. EmptyLes origines du Snowscoot.

le Lun 26 Nov - 7:08
Les origines du SnowScoot

Elles remontent au tout début des années 1990, lorsqu'un soir d'hiver 1991,
un petit groupe d'amis Snowboarders et fans de BMX attendent la fin d’une tempête de neige dans un chalet en Suisse.
L'un d'eux, un Français dénommé Franck Petoud a alors une idée saugrenue, mais pas tant que ça finalement :
fusionner ses deux sports préférés, le vélo et le surf, pour réaliser son rêve de descendre les pistes de ski ... à vélo !
Tout s'enchaine assez rapidement et il imagine ainsi, couper son snowboard en deux parties pour les fixer à un cadre de trottinette :
le SnowScoot est né !

- En 1991, Franck Petoud dépose un brevet et lance la fabrication et la commercialisation de son invention.
- En 1992, les premiers SnowScoots sont produits sous licence de la marque de vélos "Sunn" dirigée par son leader Max Commençal.
- En 1993, le SnowScoot est Diplômé d'honneur au concours Lépine.
- Depuis 1994, Franck œuvre pour tenter de faire connaitre cette nouvelle discipline de glisse à travers le monde.
- En 1995 à Avoriaz, il organise les premiers Championnats de France de SnowScoot.
- En 1996 le SnowScoot s'exporte au Japon et aux USA.
- En 1997 à Murren en Suisse, il organise les premiers Championnats d'Europe de SnowScoot.
- En 1999 suite à la mise en redressement judiciaire de la Société Sunn, Franck Petoud reprend les droits d'exploitation
du produit sous la marque "Insane Toys" en créant sa propre entreprise en Suisse.
- En 2002 aux Diablerets en Suisse, il organise les premiers Championnats du Monde de SnowScoot,
actuellement la plupart de ces manifestations sont organisées et supervisées par des Associations Sportives dédiées à cette discipline.

Aujourd'hui le Snowscoot est exporté dans une quinzaine de pays à travers la planète.
Quelques milliers de SnowScoots sont fabriqués chaque année, la plus grosse production étant celle de la marque "Jykk Japan".
Depuis 2005, bon nombre d'autres marques ont vu le jour, apportant des variantes au concept initial,
comme par exemple avec la marque Black Mountain qui lance un brevet sur des engins de type "tout suspendu",
ou encore la Firme Slopecycle qui innove avec une liaison plus directe du cadre sur les planches et supprime du même coup les cales pieds,
la marque Crighton qui adjoint au SnowScoot une mini-selle et des planches spécifiques,
et la Société Bikeboard qui met au point un concept de cadre sur lequel il est possible d'adapter très facilement des roues
ou une planche de wakeboard pour surfer sur l'eau.
Le développement continue et s'oriente également sur les planches qui voient leur conception et leur qualité fortement améliorée grâce
à l'utilisation de nouveaux matériaux, plus "modernes" comme le carbone et le titane.

La pratique du SnowScoot devient vite un état d'esprit et mélange plusieurs cultures, dont celles du BMX et du Snowboard.
Assez facile d'accès au début, le SnowScoot attire divers pratiquants issus du BMX, du VTT, du motocross, de la motomarine ou du snowboard.

La popularité du snowscoot est encore peu importante, c'est un sport dît de "niche" qui ne sort de l'anonymat que grâce aux compétitions
qui sont régulièrement organisées. Elles permettent de rassembler les passionnés et d'en médiatiser un peu la pratique.
La discipline est autorisée dans la plupart des stations de sports d'hiver mais ne rencontre pas la pleine unanimité
et se voit encore aujourd'hui refoulée par certaines grandes stations qui restent réfractaires.
C'est sans doute l'un des sports de glisse sur neige le plus facile à aborder mais c'est également l'un des plus spectaculaires.
En France, il est agréé par le service technique des remontées mécanique (STRM) qui fait partie du ministère des transports
et à ce titre les pratiquants peuvent donc utiliser les installations de télésièges ou téléskis comme en monoski ou en snowboard,
debout les pieds fixés, contrairement au "vélo-ski" ou "ski-bob", son cousin qui nécessite d'être porté et dont les utilisateurs
sont considérés comme des piétons sur les remontées mécaniques téléportées.

La discipline se structure avec le temps et voit naitre l'Association Française de SnowScoot (AF2S), créée en 2001,
la Fédération Suisse de snowscoot (F3S) apparait en 2005 et une Fédération Internationale est en projet pour
qui sait peut-être un jour porter cette discipline aux Jeux Olympiques d'hiver.

Il est possible de devenir accompagnateur en SnowScoot par accord avec le ministère "Jeunesse et sport".
Depuis 2006, en France, certaines écoles du ski Français (ESF) dispensent déjà des cours de SnowScoot,
comme c'est le cas depuis cette date pour l'ESF de Notre Dame de Bellecombe (73).

En démonstration sur le Snow-Park de Bardonnechia, au moment des Jeux Olympiques de Turin en 2006,
il fut également chaque hiver sollicité par des organisations d'évènements multi-sports comme les "Playstation Airgames"
ou les "Bluewin Fly sessions" durant lesquels, Xavier Jacquemet et Ludo Guitton,
les meilleurs spécialistes de la discipline durant les dix premières années, se sont produits devant des milliers de spectateurs
dans des shows de freestyle spectaculaires, sans oublier également Nicolas Pillin qui assura par la suite la relève des pionniers,
pour continuer à faire évoluer le freestyle.


Les origines du Snowscoot. Sign0110
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum